Rapport annuel

Le rapport annuel informe de manière concise des interventions de sauvetage et des personnes impliquées ainsi que des répercussions financières de ces opérations. Ce support renonce sciemment à interpréter des schémas d’accidents et à faire des déclarations à caractère préventif. En effet, le Secours Alpin Suisse porte secours à quiconque se trouve en difficulté, indépendamment des raisons expliquant sa situation – selon la devise « sauver sans juger ».

L’année 2017

ÉDITORIAL
La collaboration représente la base du sauvetage en montagne

Contacts et échange d’expériences sont deux points incontournables du sauvetage en montagne. Chaque intervention confirme cette assertion. En 2017, nos services ont été requis 739 fois, soit une moyenne de 62 fois par mois. Les opérations se sont bien déroulées, toutes nécessitant la participation d’une ou de plusieurs organisations partenaires. Ceci nécessite une collaboration régionale, nationale et internationale éprouvée. En Suisse, le SAS coordonne le travail dans les stations de secours au niveau régionaI ; il les soutient sur les plans administratif et logistique au niveau national, sans compter qu’il assure le transfert des connaissances et des expériences
au niveau international, dans le cadre de la CISA. Grâce à ma fonction de président de la CISA et à la direction de l’office CISA au sein du Secrétariat du SAS, nous contribuons largement aux échanges mondiaux entre les organisations de sauvetage en montagne.

Alors que nous constatons à maintes reprises que les équipes d’intervention s’entendent et collaborent parfaitement, la situation est moins rose aux autres échelons hiérarchiques : les obstacles administratifs, les ambitions personnelles et l’esprit de concurrence mettent souvent
des bâtons dans les roues à la coopération au service des patients.

Le SAS a été fondé par la Rega et le Club Alpin Suisse (CAS) afin de permettre aux organisations et aux entreprises ou spécialistes les plus divers d’effectuer des opérations de sauvetage en montagne sans perdre leur identité propre. Les fondateurs étaient prêts à mettre le prix qu’il fallait pour concrétiser cette approche. Ces lourds investissements se sont avérés payants, comme le montre, une fois de plus, le bilan du dernier exercice. Grâce à une collaboration hors pair et à un transfert permanent des connaissances, nous avons pu fournir nos prestations à un niveau poussé et sans avoir à déplorer d’importants incidents. A ce titre, nous vous adressons nos chaleureux remerciements.

En revanche, nous sommes choqués par le fait que des administrations cantonales remettent en question la maigre contribution de solidarité recommandée par la Conférence des chefs des départements cantonaux de justice et police – voire suppriment cette contribution de leur budget en plein exercice, comme cela a été le cas du canton de Neuchâtel, en novembre 2017. C’est d’autant plus incompréhensible que le SAS et la Rega ont modifié leur méthode d’encaissement début 2017 suite à des interventions de recherche en faveur des autorités et des institutions publiques. Depuis, plusieurs opérations ont été réalisées sans être facturées aux cantons.

Toutefois, les échos ne sont pas seulement négatifs du côté des cantons. Le Conseil de fondation se réjouit tout particulièrement du fait que le canton de Fribourg soit le premier de Suisse romande à avoir décidé de déléguer le sauvetage en montagne au SAS par un accord de prestations.

Un grand merci à tous pour votre précieux engagement en faveur du Secours Alpin Suisse, ces derniers mois et, d‘avance, pour ceux à venir !

Franz Stämpfli
Président du Conseil de fondation

Dernier rapport

Rapport annuel 2017

PDF pour télécharger
download




Archives