Rapport annuel

Le rapport annuel informe de manière concise des interventions de sauvetage et des personnes impliquées ainsi que des répercussions financières de ces opérations. Ce support renonce sciemment à interpréter des schémas d’accidents et à faire des déclarations à caractère préventif. En effet, le Secours Alpin Suisse porte secours à quiconque se trouve en difficulté, indépendamment des raisons expliquant sa situation – selon la devise « sauver sans juger ».

Rapport annuel 2018

ÉDITORIAL

La ténacité en faveur d une politique solidaire


Venus de l étranger ou de Suisse, nombreux sont ceux qui, l été dernier – l été du siècle – ont cherché la fraîcheur dans les Alpes helvétiques, provoquant un niveau d interventions record au SAS avec 861 opérations. Nos sauveteuses et nos sauveteurs ont interrompu leurs activités professionnelles ou privées pour mettre bénévolement leurs capacités physiques ou techniques au service de personnes en détresse. Pour nous, il s agit de la preuve irréfutable qu une organisation de milice composée de sauveteuses et de sauveteurs volontaires est en mesure de couvrir un nombre d intervention en hausse.

Dans ce contexte, il est d autant plus choquant qu après le canton d Argovie, le Conseil d‘État du canton de Neuchâtel ait décidé d organiser ses activités de sauvetage via l assurance bâtiment et les sapeurs-pompiers, renonçant à la contribution de solidarité destinée au sauvetage en montagne – alors que notre station de secours de la Vue des Alpes continue d effectuer des interventions et que les Neuchâtelois profitent de nos prestations fournies dans tout le pays. La Direction ainsi que le Conseil de fondation du SAS vont poursuivre leurs efforts pour gagner les cantons d Argovie et de Neuchâtel à la cause d une politique solidaire, par des demandes de réexamen et un travail de conviction. La crédibilité de la Conférence des chefs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP) est d‘ailleurs également en jeu. En effet, l organisme responsable de la politique de sécurité dans les cantons a recommandé à ses membres en 1996 de verser 4 centimes par habitant pour le sauvetage en montagne. Heureusement, nous avons aussi de bonnes nouvelles dans ce domaine : en collaboration avec les sections CAS locales, le SAS est parvenu à pousser le canton de Thurgovie à s acquitter de ce montant pour la première fois en 2019.

En Suisse orientale, une nouvelle organisation de sauvetage aérien figure désormais sur la carte. Pour nous, il est décisif, dans un tel cas, que le bien du patient soit au centre des réflexions. Il faut éviter à tout prix que des entreprises de sauvetage aérien se disputent sur le site de l accident pour savoir qui aura le droit de transporter un patient. Un scénario si monstrueux n est pas sans rappeler des anecdotes de sapeurs-pompiers rivaux dans des villages, qui ont laissé brûler la maison, incapables de décider qui était autorisé à éteindre l incendie.

La météo exceptionnelle – l hiver comme l été – a permis de célébrer en grande pompe les 75 ans des équipes cynophiles en Suisse : les échos de la presse sur Andermatt coupé du monde et l affluence aux manifestations estivales du Musée suisse des transports, à Lucerne, resteront gravés dans les mémoires. Les festivités ont été couronnées par la décision de l UNESCO d inscrire la « gestion du danger d avalanches » au patrimoine culturel immatériel de l humanité. Le Musée Alpin Suisse de Berne dédie d‘ailleurs une belle exposition au sujet.

Un grand merci à tous du précieux engagement dont vous avez et ferez preuve encore en faveur du Secours Alpin Suisse!

Franz Stämpfli
Président du Conseil de fondation

Dernier rapport

Archives